patient stories
Jeremy
Peritoneal dialysis at
home using Amia
see his story

Dale
A Canada-wide cycling
trip with dialysis
see his story

Jaya
Coping with CKD
thanks to home dialysis
see her story

Qu’est-ce que la dialyse?Quel est le meilleur type de dialyse pour moi?

Les renseignements présentés ici ont pour but de vous aider à mieux comprendre chaque type de dialyse et quoi en attendre. Ils soulignent les avantages de chacun et les éléments qui méritent considération.

Dialyse péritonéale (DP)

La DP est un type de traitement par dialyse que vous pouvez effectuer à domicile. Faire votre propre traitement par dialyse à domicile vous permet d’avoir un certain contrôle sur votre maladie rénale.

La dialyse péritonéale peut prendre deux formes : la dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA) ou la dialyse péritonéale automatisée (DPA).

La DPCA implique que vous « échangez » l’ancienne solution contre une nouvelle environ quatre fois par jour, pendant environ 30 minutes. La dialyse se fait de manière continue. La DPCA est faite par gravité. Un échange comporte trois étapes :
Le drainage :

Reliée au cathéter de dialyse péritonéale, la solution de dialyse ancienne et utilisée qui se trouve à l’intérieur de l’abdomen est drainée. Cette solution de dialyse contient des déchets et un excès de liquide.

Le remplissage :

Une fois l’abdomen complètement drainé de cette ancienne solution, la nouvelle solution est placée dans l’abdomen.

La stase :

Lorsque la nouvelle solution est en place, la tubulure et les poches sont retirées. Il vous suffit de porter une ceinture de dialyse péritonéale laquelle qui permet de porter un tube court recouvert d’un embout stérile.

La période de stase de la dialyse péritonéale a lieu lorsque la dialyse prend les formes d’osmose et de diffusion. Au cours de cette période, la solution de dialyse recueille les déchets et le liquide excédentaire de votre corps alors que vous n’êtes pas reliés au dispositif de dialyse et que vous vaquez à vos activités quotidiennes.

La DPA est une forme automatisée de la DP. La DPA permet d’effectuer des échanges de DP (drainage, remplissage, stase) avec un appareil pendant que vous dormez la nuit. Pendant la journée, vous êtes libre d’aller où vous voulez et de vaquer à vos activités habituelles. Votre infirmier(ère) vous indiquera si vous avez besoin d’un échange supplémentaire pendant la journée.

Vous n’avez pas besoin d’insérer d’aiguille pour procéder à l’administration de la dialyse péritonéale.

Dans la plupart des cas, il faut quatre à cinq jours pour apprendre à effectuer une dialyse péritonéale.

Votre équipe de soins de santé fixera une séance de formation avec vous pour vous apprendre à :

  • Organiser une salle d’échange
  • Vous laver les mains
  • Apporter les soins du cathéter et du site d’émergence
  • Effectuer un échange
  • Choisir la solution appropriée
  • Conserver et commander des fournitures
  • Noter les traitements dans des registres
  • Mesurer votre tension artérielle, votre pouls, votre température et votre poids
  • Connaître les restrictions alimentaires et liquidiennes pour les patients sous dialyse
  • Reconnaître et signaler les problèmes.

Quelle est la fréquence de la dialyse péritonéale?

Dans les traitements de DP, l’osmose et la diffusion se produisent en continu. La solution de DP repose dans votre abdomen et recueille continuellement les déchets de votre organisme, pendant que vous vaquez à vos activités quotidienne. Au début du traitement, vous pourriez avoir une sensation de plénitude ou d’étirement lorsque vous y introduisez du liquide. Votre organisme s’habituera à cette sensation au bout de quelques semaines. Il se peut que votre tour de taille augmente légèrement à cause des liquides qui s’y trouveront.

La dialyse péritonéale peut vous aider à conserver votre fonction rénale restante plus longtemps que l’hémodialyse en centre1. Des études récentes ont également suggéré que la DP peut offrir une meilleure survie initiale (au cours des deux premières années) que l’hémodialyse2. Cependant, il est important d’effectuer la DP comme vous l’avez apprise afin d’éviter les infections. Étant donné que la DP se fait à domicile, cela vous permet de planifier vos traitements en fonction de votre mode de vie et d’être plus libre dans l’organisation de vos activités quotidiennes. La DP est portable, de sorte que vous pouvez quand même voyager et recevoir vos traitements ailleurs. Parlez aux fabricants de vos produits de DP pour les dispositions à prendre en cas de voyage.

En voyage avec la dialyse

Chaque jour, vous réalisez votre dialyse à domicile, seul(e) ou avec l’aide d’un membre de votre famille. Un(e) infirmier(ère) en DP est de service 24 heures sur 24 au cas où vous auriez besoin d’aide. Vous ne procéderez pas seul(e) aux échanges tant que votre infirmier(ère) et vous-même n’êtes pas sûrs de pouvoir effectuer toutes les étapes de manière sécuritaire après votre formation. Vous aurez quand même des rendez-vous chez votre néphrologue. Si vous avez des questions ou si vous avez besoin d’aide en rapport avec votre équipement et vos fournitures, il vous suffira de téléphoner à travailleur(euse) social(e), votre infirmier(ère), votre diététiste et le soutien technique.

Dans le cas de la DPCA, vous n’avez pas besoin d’appareil; seul un endroit pour ranger les poches de solution et les accessoires est nécessaire. Le fabricant des fournitures de DP vous expédiera des boîtes de solutions de dialyse à domicile chaque mois. Le nombre de boîtes pourrait être d’environ 30 chaque mois. Si vous êtes sous DPA (dialyse péritonéale effectuée la nuit), vous aurez également besoin d’un espace pour ranger et utiliser votre équipement de dialyse.

Références :
1. Yeates K et al. Hemodialysis and peritoneal dialysis are associated with similar outcomes for end-stage renal disease treatment in Canada. Nephrol Dial Transplant. 2012 Sep;27(9): p. 3568 à 3575.
2. Adapté de Schatell Dori, MS, et Agar John, MD. Help, I Need Dialysis! How to have a good future with kidney disease. Madison, WI: Medical Education Institute, Inc.; 2012. P. 64.
Hémodialyse en centre hospitalier (HDCH)

Hémodialyse en centre hospitalier (HDCH) : L’HDC traditionnelle est toujours une option et représente une solution de rechange aux autres types de dialyse. Vous devez vous rendre dans un centre de dialyse à une heure précise pour recevoir un traitement d’HDCH.

Si vous suivez une HDC, arrivez tôt à votre rendez-vous, portez des vêtements confortables et amenez un passe-temps. Avant chaque traitement, le personnel infirmier effectuera un examen physique et prendra votre poids afin de déterminer combien d’eau il faut retirer pendant le traitement d’HD. Pour vous connecter à l’appareil, votre site d’accès doit être nettoyé, des aiguilles insérées et/ou des tubes raccordés. Après votre traitement, vous serez déconnecté de l’appareil et lorsque votre pression artérielle répondra aux normes cliniques, vous pourrez partir.

Un des avantages de ce type d’hémodialyse est que vous n’avez pas besoin de formation pour l’HDCH, puisque le personnel médical est présent et qu’il se charge de vous relier à l’appareil. Dans certains centres, vous pourriez être en mesure d’effectuer certaines des tâches vous-même. Vous n’avez pas non plus à entreposer des fournitures à la maison puisque les traitements ont lieu à l’hôpital ou dans une clinique. Toutefois, l’HDC prend beaucoup de temps : les traitements ont lieu trois fois par semaine, pendant 3 à 5 heures, plus le temps nécessaire pour le trajet aller-retour et la préparation au traitement. Il est plus difficile d’avoir un sentiment de contrôle de ses traitements lorsqu’on dépend des autres ou si des changements de vie viennent limiter vos choix.

Symptômes après la dialyse : Vous pourriez ressentir de la fatigue ou des malaises comme des nausées, des crampes dans les jambes, etc. pendant et après le traitement par hémodialyse. Assurez-vous de mentionner ces symptômes au personnel médical.

Hémodialyse à domicile (HD à domicile)

L’HDD est identique à l’HDC, sauf que c’est vous qui effectuez les traitements à domicile. Vous recevrez une formation sur la préparation de votre appareil et de l’équipement, sur l’insertion des aiguilles et sur la réalisation de vos traitements.

Puisque l’HDD a lieu à domicile, vous pouvez ajuster les horaires de vos traitements selon qu’ils sont de courte durée le jour ou des traitements de nuit (HD nocturne). L’HD de jour de courte durée peut avoir lieu de 5 à 6 fois par semaine sur une période plus courte (2,5 à 4 heures), ce qui vous permet d’ajuster vos traitements en fonction de votre emploi du temps. L’HD de nuit a lieu pendant votre sommeil sur 8 heures. Des visites mensuelles dans un centre sont nécessaires.

Il a été démontré que les avantages cliniques augmentent en fonction du volume de dialyse1. Les symptômes consécutifs à l’HDD sont moins graves que ceux observés après l’HD effectuée en centre puisqu’on retire moins de liquide à chaque traitement.

De plus, le fait d’effectuer vos traitements à domicile vous donne plus de temps à consacrer à vos propres activités. Vous pourriez voyager sur une plus longue période de temps, bien que le tout dépende des disponibilités du centre de dialyse le plus près de votre lieu de destination. Il vous faudra prendre des rendez-vous à l’unité/clinique de dialyse.

En revanche, l’hémodialyse à domicile requiert de l’espace pour les appareils d’hémodialyse et de traitement de l’eau par osmose inverse, ainsi que vos fournitures de dialyse. Des modifications de l’installation électrique et de la plomberie pourraient s’avérer nécessaires pour répondre à certains besoins, comme la consommation d’eau de l’appareil de dialyse. De plus, vous devez insérer des aiguilles vous-même, ou avec l’aide d’un proche, et ce, afin d’effectuer une hémodialyse à domicile. La durée de la formation pour l’hémodialyse à domicile est plus longue; elle prend généralement au moins quatre à six semaines.

Références :
1. Culleton BF, Walsh M, Klarenbach SW, et al. Effect of frequent nocturnal hemodialysis vs. conventional hemodialysis on left ventricular mass and quality of life: a randomized controlled trial. JAMA. 2007;298: p. 1291 à 1299.